Sommaire

L'acné est une maladie répandue touchant, sous différentes formes, la majorité des jeunes pendant l'adolescence, mais aussi les adultes. Il existe plusieurs traitements dont l'un des moins anodins est la prise d'un médicament : le Roaccutane®.

Pour quelle forme d'acné est-il vraiment recommandé ? Quels sont ses effets indésirables ? Décryptage.

Roaccutane® : pour quel type d'acné ?

L'isotrétinoïne orale ou Roaccutane® est indiquée dans les acnés sévères :

  • acné nodulaire : forme sévère caractérisée par des lésions profondes associant des comédons, des papules, mais surtout des nodules indurés douloureux ;
  • acné conglobata : forme extrêmement sévère, cette acné touche plutôt l'homme jeune et comporte des lésions extensives (papules, pustules, voir même abcès) ;
  • acné résistant à un traitement mixte d'au moins 3 mois ayant associé antibiotique oral à posologie standard (cyclines) et traitement local.

Le traitement complet et bien suivi par Roaccutane® entraîne la disparition complète des lésions dans plus de 85 % des cas.

Mais attention, l'utiliser n’est pas sans danger : ce traitement nécessite le suivi par un spécialiste, qui décide si le traitement est adapté ou non au problème d’acné.

Effets secondaires indésirables du Roaccutane®

Les effets secondaires de ce traitement sont lourds :

  • sécheresse de la peau et des muqueuses ;
  • gerçures au niveau des lèvres ;
  • plaques rouges sur l’épiderme ;
  • chute de cheveux, dans certains cas.

Contraception

Chez les jeunes filles, une contraception est absolument obligatoire lorsqu'on est sous Roaccutane® : en effet, la molécule d'isotrétinoïne augmente de 30 % les risques de malformations fœtales (cerveau, visage, cœur). L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) indique qu'en plus de ce risque malformatif, « le risque de troubles neurodéveloppementaux après exposition in utero à l'isotrétinoïne, avec ou sans malformation du SNC [autisme], est plausible ».

L’ANSM rappelle que « le respect des mesures de réduction des risques existantes est essentiel pour garantir la sécurité d’utilisation de ces médicaments ayant un effet tératogène puissant ». Ces mesures reposent essentiellement sur la mise en place d’une contraception efficace (dispositif intra-utérin, implant progestatif ou deux autres méthodes de contraception complémentaires, telles que contraception orale et préservatif), ainsi que sur la réalisation de tests de grossesse avant et mensuellement pendant tout le traitement, puis un mois après l’arrêt du traitement (le temps qu'il soit éliminé de l'organisme). De plus, la prescription systématique d’une contraception d'urgence et de préservatifs (remboursés) est aussi recommandée dans le cas où la patiente serait sous contraception orale.

Pourtant, plusieurs études ont mis en évidence que ces règles de prescription sont encore insuffisamment appliquées (on recense chaque année 175 grossesses chez des femmes traitées par isotrétinoïne).

En outre, le traitement par isotrétinoïne doit être arrêté immédiatement en cas de découverte d’une grossesse et la patiente doit être adressée à un médecin spécialiste ou compétent en tératologie pour évaluation et conseil.

Toxicité éventuelle

Le Roaccutane® n'étant pas un traitement anodin, il est potentiellement toxique pour le foie et nécessite un contrôle accru pendant toute la durée du traitement.

Pendant toute la durée du traitement, des prises de sang afin de contrôler les taux de transaminases et triglyécrides sont à effectuer de façon régulière.

Conseils lors du traitement de l'acné au Roaccutane®

À cause de son effet asséchant, le Roaccutane® peut être inconfortable et l'on peut envisager quelques soins de confort lors de la durée du traitement :

  • Bien hydrater la peau du corps ainsi que celle du visage : demander conseil à votre dermatologue sur la crème la mieux adaptée.
  • Bien hydrater les lèvres avec un stick pour combattre les gerçures notamment.
  • Hydrater les cheveux qui peuvent souffrir de l'assèchement également.
  • Éviter le port de lentilles pendant la durée du traitement : en parler si besoin au spécialiste pour envisager une solution de remplacement.

Roaccutane® : quelles précautions prendre ?

La molécule d'isotrétinoïne est depuis quelques temps le centre d'une polémique sur de potentiels effets secondaires.

En effet, des effets secondaires de troubles de l'humeur (anxiété ou changements de l’humeur), état dépressif (dépression ou aggravation d’une dépression) voire idées suicidaires ont circulé concernant la prise de Roaccutane®.

Dans ce contexte, l'ANSM rappelle aux médecins et aux patients la conduite à tenir avant de commencer un traitement avec cette substance :

  • Contactez immédiatement votre médecin si vous constatez un retard de règles ou si pour toute autre raison vous pensez être enceinte.
  • Signalez à votre médecin tous les antécédents personnels et familiaux de troubles psychologiques et psychiatriques.
  • Discutez de votre traitement avec votre entourage qui pourrait constater des changements d’humeur que vous-même n’avez pas remarqués.
  • Prévenez immédiatement votre médecin si vous ou votre entourage constatez un changement de l’humeur.

Pour conclure, ne prenez EN AUCUN CAS du Roaccutane® de votre propre chef : seul un spécialiste peut vous prescrire ce traitement en fonction de la sévérité de votre acné.

Pour mieux comprendre et soigner l'acné :

Aussi dans la rubrique :

Traitement & prévention

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider