Sommaire

 

Des boutons rouges douloureux, qui virent au blanc-jaunâtre, sur le visage, voire le dos ou la poitrine, ces lésions caractérisent un acné à prédominance inflammatoire.

Pour en venir à bout, il convient d'opter pour le traitement adapté ! Voyons cela ensemble.

Caractéristiques de l'acné inflammatoire

L'acné est une affection chronique de la peau qui peut revêtir différentes formes, en fonction de la nature des lésions cutanées majoritairement présentes. L'acné inflammatoire s'accompagne ainsi :

  • en superficie de la peau : de papules, boutons rouges de 1 à 5 mm de diamètre, de pustules, provenant de l'évolution des précédents, contenant un pus blanc-jaunâtre ;
  • en profondeur, des masses dures au toucher de plus de 5 mm, les nodules.

Ce type d'acné est qualifié de « papulo-pustuleux ». Lorsque des femmes adultes sont touchées par cette maladie de peau, elle revêt en général cette forme.

Les lésions apparaissent alors préférentiellement au niveau du menton et des joues.

Acné inflammatoire : comment lutter contre ?

Avec une hygiène rigoureuse

Face à l'acné, quelque soit la nature des lésions, il convient d'adopter les bons gestes d'hygiène élémentaire :

  • nettoyer la peau une ou deux fois par jour à l'aide de produits sans savon ;
  • appliquer une crème hydratante et utiliser des cosmétiques adaptés aux peaux acnéiques ;
  • se protéger des rayonnements solaires par application de produits protecteurs.

Pour enrayer une acné où les lésions inflammatoires prédominent, il est conseillé d'utiliser différents médicaments, par voie externe ou interne.

Grâce à des traitements locaux

Lorsque les lésions sont peu nombreuses, on peut opter pour l'application de crèmes ou de gels à base de peroxyde de benzoyle, un puissant antibactérien.

En cas de mauvaise tolérance, il faut alors se tourner vers :

  • l'adapalène, molécule de la famille des rétinoïdes, éventuellement associé à un antibiotique comme l'érythromycine ou la clindamycine ;
  • ou l'acide azélaïque, qui respecte mieux les peaux sensibles et peut être utilisé par les femmes enceintes.

Les applications sont quotidiennes ou biquotidiennes, et doivent se poursuivre plusieurs mois. L'amélioration doit être visible au bout de quelques semaines d'application. En cas d'absence de résultats, il convient de choisir un autre traitement.

Traitements oraux contre l'acné inflammatoire

Lorsque les lésions sont plus étendues, un traitement oral à base d'antibiotiques peut apporter de bons résultats. Il doit être suivi pendant une période de trois mois :

  • Il s'agit généralement de médicaments de la famille des cyclines, comme la doxycycline ou la lymécycline. Il faut éviter toute exposition au soleil en cas de traitement à base de doxycycline.
  • L’érythromycine en prise orale peut représenter une alternative lorsque la prise de cyclines est contre-indiquée.

Pour renforcer l'efficacité de ce traitement, on le complète par des applications locales à base de péroxyde de benzoyle ou d'adapalène.

En cas d'échec des antibiotiques, il est possible de se tourner vers l'isotrétinoïne par voie orale, une molécule proche de la vitamine A. Parmi ses effets indésirables, ce médicament présente des risques de malformation chez le fœtus, il est donc strictement incompatible avec une grossesse.

Enfin, une dernière option, réservée aux acnés inflammatoires peu sévères, est de suivre un traitement à base de gluconate de zinc.

Lutter contre l'acné grâce à nos différents contenus :