Sommaire

Le zinc est un oligoélément précieux pour notre organisme, présent dans de nombreux aliments, qui contribue notamment à l'efficacité de notre système immunitaire.

Si son action est bénéfique à certaines doses, un excès de zinc peut s'avérer néfaste pour notre organisme. Découvrez pourquoi.

Quels sont les apports en zinc ?

Zinc alimentaire

Les besoins journaliers en zinc sont estimés à 10 mg chez l'enfant et 15 mg chez l'adulte.

Les principales sources de zinc de notre alimentation sont :

  • les huîtres, les crustacés, les poissons ;
  • les viandes ;
  • les céréales complètes...

Manger des aliments variés permet ainsi de se prémunir des carences en zinc.

Zinc : les prises annexes

Certaines personnes reçoivent, en plus de leur alimentation, d'autres apports de zinc, sous forme :

  • de compléments alimentaires ;
  • de traitements médicamenteux.

Le zinc est notamment utilisé pour traiter l'acné, grâce à ses propriétés anti-inflammatoires. Il est souvent prescrit aux femmes enceintes qui ne peuvent pas recevoir le traitement antibiotique classique de cette affection cutanée (des cyclines) ou pour des traitements au cours de l'été, car le zinc ne provoque pas de sensibilisation au soleil.

En règle générale, la quantité de zinc administrée est de 30 mg par jour pendant trois mois, puis de 15 mg par jour pour la suite du traitement.

Doses de zinc à ne pas dépasser

Des apports maximaux tolérables (AMT), qui correspondent à la quantité journalière en zinc à ne pas dépasser, ont été définis :

  • 34 mg par jour chez les adolescents de 14 à 18 ans ;
  • 40 mg chez les adultes.

Effets indésirables du zinc

Troubles digestifs

La prise de zinc peut être associée à la survenue de troubles digestifs, généralement légers et temporaires. Il s'agit par exemple :

  • de maux d'estomac ;
  • de diarrhées ;
  • de crampes abdominales.

Carence en cuivre due au zinc

Un apport excessif de zinc sur le long terme peut entraîner un déficit en cuivre, car il empêche son assimilation par l'organisme.

Une carence en cuivre se traduit par une anémie, des problèmes osseux comme l'ostéoporose, etc.

Réduction du bon cholestérol

Des études ont montré que la supplémentation en zinc pouvait réduire le taux de lipoprotéines de haute densité (HDL), le "bon cholestérol", contribuant ainsi à augmenter le risque de maladies cardiovasculaires.

Zinc et cancer de la prostate

Les liens entre zinc et cancer de la prostate sont assez ambigus, mais certaines recherches apportent un éclairage sur la question :

  • Une étude a montré que les hommes ayant pris des compléments alimentaires apportant plus de 100 mg de zinc quotidiennement pendant 15 ans avaient deux fois plus de risque de développer un cancer de la prostate que le reste de la population.
  • D'autres recherches mettent en évidence l'intérêt de la prise de supplément de zinc chez les patients atteints de cancer de la prostate. Un article publié en 2011 a montré que la mortalité liée à ce cancer était plus faible chez les hommes qui recevaient 16 à 20 mg de zinc par jour, par rapport à ceux dont les apports quotidiens étaient limités de 9 à 13 mg.

Intoxication au zinc

En cas de prise massive de zinc, c'est l'intoxication, qui se traduit par différents symptômes :

  • perte d'équilibre, difficultés à marcher ;
  • membres engourdis ;
  • nausées, vomissements, diarrhées ;
  • douleurs articulaires, fièvre ;
  • goût métallique dans la bouche.

Inflammations pulmonaires

L'utilisation d'oxyde de zinc dans des produits cosmétiques est susceptible de provoquer par inhalation des inflammations pulmonaires.

Pour cette raison, la Commission européenne a décidé de retirer du marché les cosmétiques en spray contenant de l'oxyde de zinc à compter du 24 mai 2018 (règlement UE 2017/1413 du 3 août 2017).  . 

Nos contenus vous permettent d'en savoir plus sur les nutriments :

Aussi dans la rubrique :

Traitement & prévention

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider