Sommaire

 

Le pus est un liquide trouble, blanc, voire parfois jaune, sécrété en cas d’infection à bactérie dite « pyogène ». Il contient le plus souvent des cellules altérées ayant participé à la réaction immunitaire (les globules blancs). Le pus peut être retrouvé sur des infections superficielles, comme des boutons, ou dans des infections profondes ou sévères. Lorsque le pus se collecte et s’enveloppe d’une coque, il forme un abcès. Petit tour d'horizon de tout ce qu'il y a à savoir.

Présence de pus : caractéristiques

De quoi est constitué le pus ?

Le pus est un liquide de drainage composé de cellules mortes lors de l’infection, le plus souvent des globules blancs ainsi que des bactéries.

Des déchets ou des particules présentent dans la blessure peuvent également être retrouvées. Le pus contient également une part de plasma sanguin (liquide dans lequel baignent les cellules du sang).

Les bactéries pouvant être en causes dans la production de pus sont nombreuses. On pourra par exemple citer le staphylocoque, le bacille pyocyanique, le pneumocoque, etc.

Localisation du pus

Le pus peut être retrouvé dans toute infection bactérienne, superficielle ou profonde. La présence de pus ne marque pas toujours la gravité de l’infection, cependant une infection sécrétant du pus doit motiver une consultation médicale afin d’évaluer la gravité de la blessure et de réaliser une prise en charge adaptée.

Le pus peut être sécrété dans une poche, formant ainsi un abcès. Cet abcès peut être visible sous la peau, comme en cas de bouton abcédé, d’ongle incarné, ou de panaris, ou être plus profond, comme dans certaines infections digestives ou pulmonaires.

Dans les cas d’infections profondes, des examens radiologiques peuvent être nécessaires afin de visualiser l’abcès profond. Une prise en charge hospitalière et notamment chirurgicale est alors indispensable.

Manifestation de symptômes associés au pus

La présence de pus est, le plus souvent, associée aux signes marqueurs de l’infection locale ou générale, ainsi que les signes d’inflammation. Le pus est toujours pathologique, l'importance des signes associés est le plus souvent en lien avec l'urgence de la prise en charge.

Toute situation d'infection nécessite une prise en charge médicale afin d'en éviter l'extension, pouvant conduire à une septicémie. Pourront par exemple être retrouvés : une rougeur locale, une chaleur cutanée, une douleur en regard de l’infection, de la fièvre, etc.

Que faire en cas de pus ou d’abcès ?

En cas de blessure sécrétant du pus, il faut consulter un médecin. Une blessure sur-infectée ou un abcès peut présenter un risque vital du fait de l’infection non traitée. Dans tous les cas, une désinfection régulière de la blessure sera nécessaire.

Le médecin évaluera la gravité de l’infection et les mesures à mettre en place. Une antibiothérapie pourra être nécessaire. Dans certains cas graves, cette antibiothérapie pourra être administrée à l’hôpital par voie intraveineuse.

Le traitement d’un abcès est le plus souvent chirurgical. L’abcès doit être vidé et nettoyé, afin de drainer le pus. Des drains peuvent être laissés en place afin d’éviter que l’abcès ne se recollecte après le drainage.

En cas de contamination bactérienne profonde, par exemple digestive ou pulmonaire, la prise en charge de la cause est indispensable, le plus souvent après des examens complémentaires biologiques ou radiologiques. Dans tous les cas, tout signe anormal ou inquiétant doit pousser à consulter un service médical d’urgence.