Sommaire

 

Passage quasi permanent à l’adolescence, l’acné ne touche pas tout le monde de la même façon. Des formes légères associant quelques microkystes ou points noirs aux formes graves, comme l’acné kystique ou l’acné conglobata, l’acné peut s’exprimer différemment selon les âges de la vie ou selon les facteurs de risques. L’acné vulgaire est la forme la plus classique d’acné, principalement favorisée par l’hyperséborrhée à l’adolescence ou chez le jeune adulte. Faisons le point ensemble.

Quels sont les facteurs de risques pouvant conduire à l'acné vulgaire ?

L’acné apparaît le plus souvent quand un ou plusieurs des trois facteurs de risques suivant sont rencontrés au même moment. Chacun d’entre eux favorise à sa manière les lésions inflammatoires ou rétentionnelles et entraîne les boutons d’acné. Ils sont le plus souvent en lien avec l’âge ou la période hormonale de la vie, mais certaines spécificités hormonales ou génétiques peuvent également avoir un rôle.

Augmentation de la production de sébum

L’hypersécrétion sébacée, aussi appelée séborrhée, est l’augmentation de production de sébum par la peau, souvent sur certaines zones, comme le front, le nez, le menton ou le haut du dos.

Cette sécrétion est le plus souvent en rapport avec des processus hormonaux en cours. La glande sébacée devient alors plus sensible aux androgènes circulants. Cette séborrhée entraîne une brillance de la peau et un aspect « luisant ».

Épaississement de la peau entraînant l'acné vulgaire

Les kératinocytes, qui sont les cellules constituant la peau, se développent de manière anormale, et entraînent un épaississement de la peau, et une accumulation de ces cellules, obturant les pores et gênant la bonne régénération des cellules saines.

Acné et prolifération de bactéries

L’acné est également favorisée par une bactérie, appelée Propionibacterium Acnes. Cette bactérie se développe d’autant mieux que les deux facteurs cités précédemment sont présents.

C’est cette bactérie qui contribue à l’inflammation des lésions, c’est-à-dire qu’elle rend les boutons rouges, chauds et douloureux, ou avec un point blanc central (le pus).

Qui est touché par l'acné vulgaire ?

L’acné touche le plus souvent les adolescents, à partir de 12 ans environ, et parfois jusqu’à l’âge adulte. Certaines autres formes d’acné existent, mais il s’agit alors d’atteintes spécifiques, par exemple liées à des bouleversements hormonaux ou des facteurs de risques spécifiques.

L’acné vulgaire entraîne le plus souvent des lésions rétentionnelles (microkystes et points noirs) ou des lésions inflammatoires (boutons rouges ou blancs).

Acné vulgaire : quels sont les traitements existants ?

De nombreux soins existent, le plus souvent en parapharmacie. Il est conseillé de consulter un dermatologue afin de faire le point sur les lésions et le type d’acné et d’utiliser les soins adaptés. Dans certaines formes d’acné importantes ou gênantes, des traitements par voie orale peuvent être nécessaires. Il s’agit de prescriptions médicales.

Une bonne hygiène de la peau, notamment à l’aide d’un gel nettoyant, est indispensable. Des soins locaux permettent également de diminuer la production de sébum et d’éviter ainsi les nouvelles lésions.

Une bonne hydratation et une alimentation équilibrée contribuent également à diminuer l’acné. Enfin, il est indispensable d’éviter de manipuler ou de percer les lésions d’acné afin de prévenir l’apparition de cicatrices ou de surinfections.